09 janvier 2008

Caricature du jour...

Entendu ce petit entrefilet, ce matin, à RDI, annonçant la mort de Daniel Hétu, et qui m'a inspiré ce très bref montage, réalisé en 2-3 minutes à peine. Alors, pour la qualité graphique, on repassera !
RIP pour Daniel Hétu, donc, qui n'a pas marqué grand monde par sa «carrièr vite oubliée...

16 commentaires:

Renart L'éveillé a dit...

C'est qui le gars à gauche? Daniel?

Sylvain a dit...

Oh ! Indice de votre âge mon cher Renart ;-)

Daniel est bel et bien à droite !

À gauche, il s'agit de Lucien, son père, qui a été organiste et a endisqué nombre de pièces dites populaires, à une certaine époque, avec cet orgue au son "tremblant" si caractéristiques des orgues de salon d'une non moins certaine époque !

Renart L'éveillé a dit...

Ah! J'aurai 37 ans le mois prochain, je ne le cache surtout pas!

Ouin, Lucien, son père, il me dit vaguement quelque chose...

Sylvain a dit...

Ah, tiens ! Je vous pensais plus jeune un tantinet. J'ai à peine 4 ans 1/2 de plus et j'ai connu les "vinyls" de Lucien Hétu dans ma tendre enfance. Peut-être le fait d'être originaire d'un très petit village aide-t-il ? ;-)

Renart L'éveillé a dit...

Ah! moi je me souviens comme si c'était hier que son hit "Je t'attendais" est sorti pendant l'été de mes six ou sept ans...

On pourrais se tutoyer?

Sylvain a dit...

Ben tiens, why not :-)

Ouais, effectivement, Je t'attendais, ça a du millage pas mal !

Sarah a dit...

Votre humour est de très mauvais goût! Aucun respect pour l'artiste et l'homme, et pour tous ceux qui ont suivi sa carrière et qui l'ont aimé !

Sylvain a dit...

@ Sarah : que je sache, le père peut dire "Je t'attendais" à son fils qui arrive "au ciel" ou "dans le lieu où vont les morts" sans pour autant que ça soit de mauvais goût.

On ne voit du mauvais goût que si on se sent attaqué, ce que je n'ai vraisemblablement pas voulu faire en faisant ce petit clin d'oeil aux carrières musicales de ces deux hommes, père et fils.

De dire que "Je t'attendais" a du millage ne fait que mentionner que cette chanson n'est pas sortie l'an passé ou l'autre d'avant, tout simplement ! Y lire autre chose ou y percevoir une allusion méchante relève de la pure interprétation de votre part.

Désolé d'avoir vous avoir froissée. Là n'était pas le but des propos tenus ici.

À remarquer que je ne suis pas tombé dans l'acharnement dans lequel certains médias (radiophoniques entre autres) ont allègrement sombré.

Sarah a dit...

En effet, Sylvain, le jeu de mots était facile. Je me dis simplement qu'il y a autre chose à raconter sur un individu à son décès que des blagues. Je m'intéresse plus au côté humain qu'à la carrière des gens. Que dira-t-on de vous et moi à notre décès ?

Renart L'éveillé a dit...

Être capable de rire de soi est une belle qualité, même dans la mort.

Sylvain a dit...

Sarah écrivait : «Que dira-t-on de vous et moi à notre décès ?» :

-Pour vous, je ne sais pas, car ne vous connais pas.
-Pour moi, pas grand chose, car on sombre bien vite dans l'oubli, surtout dans notre vie professionnelle, là où la reconnaissance est souvent un concept plus qu'abstrait. (J'ai mangé une couple de bonnes "claques" sur ce plan au cours de la dernière année... et ce n'était aps des claques dans l'dos !) Alors restera les proches, le côté familial de la vie, les amis, le côté humain, quoi ! Sur ce point, on se rejoint beaucoup ! Bref, on est de plus en plus loin du ton de votre premier commentaire ;-)

C'est à se parler qu'on se comprend, dit-on. J'y crois beaucoup ! Et mon image, ça'l'air qu'elle ne valait pas 1000 mots ;-)

Sarah a dit...

Cher Sylvain, en effet le ton change et je constate que ton commentaire a plus de profondeur.

J'aime rire, et les gens qui font des jeux de mots me font beaucoup rire. Rire de soi, ok, mais pas des gens qui ne sont pas là pour rire eux aussi.

Le désormais célèbre "Je t'attendais" me dit que Daniel a laissé sa trace. Votre image valait,en effet, 1000 mots. Mais attention aux commentaires qui blessent.

Laissons un peu plus de place dans nos vies pour les choses vraies. Peut-être aurons-nous moins de gens malheureux autour de nous, en commençant par soi, évidemment.

Au fait, c'est ma 1ere participation à un blogue....tu as réussi à susciter mon attention....merci!

Sylvain a dit...

Pour une première participation, c'en est une vraie. On a suscité ce qui arrive pas très souvent sur les blogues : une bonne discussion, une vraie. Agréable :-)

Au plaisir de te (vous) lire ! Au fait, quelle est l'adresse de ton (votre) blogue ? Je clique sur le nom et j'Arrive à un profil assez muet... ;-)

Sarah a dit...

Désolée Sylvain, je ne sais pas de quoi tu parles. Mon profil ?...on fait comment ?....c'est la première fois que je vais sur un blog.....désolée, j'y connais rien.

C'est vrai que c'est nul les blogs ?...Alors, j'y perdrai pas trop de temps.

J'ai 42 ans...bélier....Daniel Hétu a été le seul idole que j'ai eu dans ma vie. À 13 ans, je le trouvais drôlement séduisant, réservé, plein de talent musical et ne parlais pas pour rien. Il affichait un large sourire.

J'ai suivi pendant un bon bout sa carrière. Mais ce qui m'intéresse chez les gens, c'est leur sensibilité. Leur capacité d'être vrai et simple. Ce qui me déçoit, c'est qu'on juge les gens de ce qu'ils font de leurs vies. Alors que tout est interrelié. Nos mots et nos gestes ont du pouvoir sur les autres. Servons-nous en a bon escient. Je lis depuis hier sur Daniel, et je vois les résultats sur sa vie. C'est triste, et trop tard !

Sylvain a dit...

OK. Je comprends mieux maintenant. D'habitude, quand on clique sur un nom dans un commentaire, Blogger affiche le profil de la personne si cette personne a un blogue sur Blogger. Je vois ici que si la personne n'a pas de blogue, il affiche un profil vide, ou à peu près.

Ce n'est pas grave. C'était juste une question de curiosité de ma part, à laquelle tu as répondu dans le commentaire.

Pour ce qui est des blogues, c'est un excellent moyen d'écrire d'abord (préciser sa pensée, réfléchir, découvrir, rigoler à l'occasion, même inhabilement...), de lire ensuite, de commenter à l'cocasion, selon le temps qu'on a et qu'on peut y mettre, tout simplement. Alors à mon avis, non, ce n'est pas nul, sinon, je n'écrirais pas depuis 1 an et demi.

Sarah a dit...

Disons que j'ai vite parlé en jugeant que c'est nul, puisque je n'y connais rien. C'est gentil de prendre le temps de m'expliquer un peu.

Avec le temps, je m'y ferai j'imagine (mais pas à la mesquinerie). J'espère qu'on y trouve vraiment matière à réfléchir, à échanger et j'entends à rire, moi aussi. Salut !