06 juin 2008

Pablum pédagogique... (modifié)

Ce matin, je lisais chez François un billet qui fait mention de cette étude sur l'utilisation des TIC à l'école. (Allez lire ici plutôt, ce n'est pas très long !)

Le moins que je puisse dire, c'est que les (quelques?) enseignants qui utilisent les TIC à l'école semblent le faire d'une façon telle que l'on privilégie largement ce que j'appellerai le Pablum pédagogique.

Pour ceux qui ne se rappelleraient pas, le Pablum™ est cette espèce de mélange de céréales pour nourrisson. Bref, du manger-mou pour ceux qui n'ont pas de dents (et plusieurs années plus tard, pour ceux qui n'en ont plus ;-))

Par extension, on peut donc parler de quelque chose de pré-digéré, de facile à prendre. Le genre d'utilisation des TIC que je voyais dans les exemples rapportés par Martine Rioux de l'Infobourg, dans son compte-rendu de l'étude, m'a fait faire ce raisonnement : les enseignants (moi inclus par moments - je m'en confesse) privilégient les activités où les informations sont pré-sélectionnées, où le travail est fortement encadré, où l'ensemble se compare plutôt bien avec de la bouffe pré-mâchée.

Or, ainsi, on ne développe pas ou très peu l'esprit critique et la capacité de jugement, compétence (dite transversale) si utile. Je veux bien croire qu'il faut une progression en éducation, mais parfois je m'interroge énormément sur le fait qu'on ne semble pas passer aux aliments solides assez vite, comme profs. La ouate dans laquelle on veut bercer le plus longtemps possible nos petits chérubins (qui grandissent plus vite qu'on pense, parfois) semble n'être présente, en bout de ligne, qu'à l'école, une fois que les élèves ont passé un certain âge. Au secondaire, en tout cas, il m'apparaît de plus en plus évident que les élèves mangent du solide, mais un peu n'importe comment parfois, et surtout, surtout, hors classe ! L'école devient ainsi un vase clos qui, si la tendance se maintient, n'aura (n'a peut-être déjà plus) plus rien à voir avec la réalité à laquelle elle est supposée servir de préparation, en quelque sorte...

Devant tant de contenus, d'informations, d'infobésité (dit le néologisme de plus en plus "répandu", sans jeu de mot), la capacité de développer son esprit critique et son jugement sera de plus en plus une compétence ESSENTIELLE ! Alors si on veut la développer, cette compétence, commençons par lâcher la manipulation d'outils plus ou moins en lien avec la tâche à accomplir, favorisons le plus possible les mises en situation qui permettent l'exercice, même imparfait, du jugement ! D'ailleurs qui a dit que les exercices devaient donner des résultats parfaits du premier coup ? L'apprentissage de l'exercice du jugement va de même que les autres formes d'exercices : mais pour ça, il faut des situations où l'apprentisage peut se faire (TIC ou pas, d'ailleurs - varier n'a jamais tué personne, mais la statique dans laquelle sont enfermés - par définition - les manuels fait en sorte de scléroser l'école). Et si on continue de tout pré-mâcher, comment alors allons-nous participer à la formation d'individus éclairés et autonomes ?

Et dans le système actuel, structuré comme il l'est présentement, je commence à douter fortement de la possibilité de mettre en place des mesures qui vont vraiment dans ce sens. Le cadre se devra d'éclater, comme je le disais chez François en commentaire : avec les technologies et les divers réseautages qui naissent partout, le cadre de la classe apparaît de plus en plus limité et hors réalité...

Bien des conventions (collectives et autres ;-)) devront être revues en profondeur pour tenir compte des importants changements de paradigmes qui doivent se produire à l'école aussi. Car ailleurs, la partie est déjà bien commencée...

Si nous ne voulons pas devenir des fossiles vivants (ou plutôt vivotants)...

MISE À JOUR : 2008-06-06--12h00 :

Lu chez Photosmax un exemple d'utilisation "papier" d'un outil "technologique" : une entreprise qui fait sa comptabilité sur Excel comme si c'était sur papier : aucun gain de temps ! Comme quoi la maîtrise de l'outil est importante pour pouvoir en profiter au maximum ! Et vu que la technologie évolue très rapidement, la collaboration élèves-enseignants deviendra très vite essentielle sur ce plan... Quand les "tech-natifs" et les "non-natifs" se rencontrent...

2 commentaires:

Safwan a dit...

Certains enseignants chouchoutent effectivement trop leurs élèves. Ce n'est vraiment pas leur rendre service. Pire encore, c'est une insulte à leur intelligence.

Sylvain a dit...

Safwan : «une insulte à leur intelligence» : Tu as tellement raison sur ce dernier point... Pablum pour la pensée = réflexions pré-mâchées pour cerveaux ramollis ? ;-/
Reste à savoir qui actionne le mécanisme de ramollissement : les propriétaires de ces cerveaux eux-mêmes, certains enseignants ou la société en général... À voir !

Comme enseignants, on se doit de réveiller l'intelligence qui dort (ou qui se fait endormir !)