24 février 2007

Déception et inefficacité consacrée...

J'écris rarement ce genre de texte de dénonciation d'aberration, mais là, ça fait une semaine et plus que je me retiens et que je cherche à comprendre sans pouvoir le faire... alors allons-y.

Contexte : il y avait longtemps que mon employeur, ma Commission scolaire, fournissait des adresses courriel à tous ses employés, sauf aux enseignants. Comportement plus ou moins erratique selon les points de vue, qui a été corrigé depuis plus d'un an. Avant cela, mon école avait décidé, pour pallier à cet important manque de la Commission scolaire, d'offrir à ses enseignants un service courriel maison pas cher, mais très efficace pour les besoins qu'on avait...

Or, depuis plus d'un an, la Commission scolaire avait donc rattrapé ce retard qu'elle avait pris avec ses enseignants (Je rappelle que toutes les autres catégories d'employés ayant besoin de l'ordinateur dans le cadre de leurs fonctions avaient déjà un tel service...). Ainsi, nous, les enseignants, avions désormais un service courriel complet, avec accès via serveur POP3, accès que j'utilisais de chez moi, de façon automatique (relève du courrier programmée à heures fixes, etc.), dans mon logiciel de courriel préféré qui peut gérer toutes mes adresses, logiciel configuré de façon à faciliter ma productivité (gestions par dossiers par glisser-déposer, etc.).

Le 1er février dernier, surprise (mauvaise!) dans ma boîte de courriels de mon adresse @CommissionScolaire : le service POP3 sera aboli, bêtement et simplement, pour tout accès hors Commission scolaire. Bien sûr, ça ne touche pas tant de gens que ça, puisque, de l'école, on peut encore relever le courriel par POP3, paraît-il. Je dis "paraît-il" car les enseignants, nous n'avons pas un tel accès. Les quelques rares ordis que nous avons dans les salles d'enseignants sont surutilisés (1 ordi pour 10-15 profs), ils sont barrés, pour des raisons évidentes de stabilité, et on accède alors à notre boîte de courriel via un navigateur Internet (Internet Explorer dans ce cas), et ce, quand on peut mettre la main sur un ordi pour quelques minutes.

Depuis le lundi 19 février, on n'a donc plus accès via serveur POP3 à nos courriels, à la maison (ce qui pour moi compensait l'accès limité de l'école). Comme je n'ai pas encore de portable, j'ai envoyé une lettre au directeur du «service» (J'insiste sur les guillemets!) informatique de ma Commission scolaire. Dans cette lettre, je demandais des explications (on nous disait officiellement que c'était à cause du spam incontrôlable : je veux comprendre, car jamais reçu de spam à cette adresse -- et des filtres, ça se resserre, non?). Eh bien, cette lettre est tout simplement restée lettre morte : aucun accusé réception, ce qui eût constitué le minimum à mon humble avis. On a dû me prendre pour un "twit" de service, un moins que rien, ou quelque chose de ce genre... Bref, des solutions de blocage de ce genre, ça me met en rogne, surtout si on ne me dit pas pourquoi.

Y a-t-il des experts dans la salle qui peuvent me dire si cette «solution» pour le moins drastique de "mon" «service» informatique est la voie de la facilité, ou si le «service» a pu avoir raison quelque part d'agir ainsi ?

Car depuis le 19, fini l'accès automatique via mon ordinateur à la maison, finie la gestion facile des dossiers dans mes configurations préférées. Et, comme si ce n'était pas assez, finies certaines fonctionnalités si on utilise autre chose qu'Internet Explorer, ce qui est mon cas, car Outlook Web Access (qui est maintenant la seule avenue possible pour moi, à la maison et à l'école sur les ordis pré-configurés sans Outlook Express) ne fonctionne véritablement avec tous ses morceaux que sur MSIE :-(

Déçu profondément ? Je le suis ! Et tous les parents qui me lisent peut-être ici comprendront maintenant pourquoi je répondrai peut-être moins promptement à leurs courriels, faute d'accès vraiment complet à toutes les fonctionnalités auxquelles je m'étais habitué.

En cette époque où le télétravail devient de plus en plus important, on vient de reculer dans le temps, en ce qui concerne cet aspect de l'utilisation des technologies dans notre travail...

3 commentaires:

François Guité a dit...

Je ne m'y connais pas assez pour répondre à tes questions techniques, Sylvain. Le pire pour moi dans toute cette histoire, c'est que des décisions à portée pédagogique soient prises par des gestionnaires sans consultation auprès des enseignants.

Le rôle des spécialistes en nouvelles technologies, dans l'état actuel des choses en éducation, n'est pas d'étouffer les moyens de communication, mais de les augmenter.

cfd a dit...

On voudrait surtout pas que des professeurs travaillent en dehors des heures régulières! Voyons!

Aucune raison technique si ce n'est que de l'idiotie informatique ou simplement l'application toute puissante du "pouvoir" du "service" informatique...

gmail ça fonctionne très bien.

Sylvain a dit...

@François : entièrement d'ac !

@cfd : merci. Tu confirmes ce que je pensais déjà et qui transparaît peut-être un peu entre les lignes. Tu l'as dit, et j'adore tes guillemets bien choisis ;-)

L'an prochain, je donne mon adresse Gmail (que j'ai depuis pas mal de temps) aux parents, en spécifiant que le «service» de ma CS est déficient !

Pour ce qui est des heures, faudrait bien que je fasse un billet sur le découpage complètement loufoque qu'on en fait sur papier et qu'on nous fait remplir une fois l'an... Ça prend suffisamment de temps pour que je spécifie ce temps sur la feuille, juste par principe :-/