31 mars 2009

La (nécessaire?) censure internet dans les écoles...

En fin de semaine, trois articles (1, 2 et 3) furent publiés sur un sujet chaud qui fait constamment surface dans tous les milieux de discussions branchés du web (Les blogues, Twitter et tutti quanti), et j'ai nommé la censure (constamment imparfaite, par définition) qu'on pratique sur tous les accès internet de toute école qui "se respecte"...

Je dis que cette censure est constamment imparfaite par définition, car on pratique une censure par mots-clés, par ouï-dires (pour emprunter un mot d'un membre de ma twittosphère dont j'oublie le nom), par référencement de bouche à oreille, somme toute... Telle personne a connaissance que tel site pourrait être "dommageable", vite on le barre, on le rend inaccessible via un serveur proxy qui filtre toute demande d'accès au monde extérieur à partir d'un lieu clos, une école, même si celle-ci se dit ouverte sous d'autres aspects, dans sa publicité ou autre. En contre-partie, il me faut aussi dire ici que l'inverse est parfois aussi vrai : telle personne mentionne que tel site a été barré par erreur, et alors on s'empresse de le rendre accessible à nouveau, "corrigeant" alors un logiciel par trop entreprenant !

Bien entendu, comme toute barrière, celle de la censure se contourne, et ce assez facilement pour quiconque manie un peu la technologie. Il existe en effet un paquet de serveurs proxys-web qui peuvent agir en lieu et place du serveur proxy physique et qui permettent momentanément l'accès en changeant les mots-clés, l'adresse d'un site condamné ou autre. Bien sûr, un proxy physique plus "astucieux" dans sa configuration peut bloquer certains mots-clés utilisés par ces proxys-web par exemple...

Bref, si je résume rapidement, disons qu'on a affaire à un immense jeu du chat et de la souris, dans lequel les astuces rivalisent d'ingéniosité pour contourner une barrière... ou pour en imposer une nouvelle ! Un jeu où le type d'intelligence des uns a souvent raison du type d'intelligence des autres.

Et c'est ici qu'entrent en scène les acteurs des médias de la fin de semaine dernière. On a un exemple d'élève capable de contourner un système, ce qui en soi peut être soit banal s'il reste isolé, soit questionnant si on étale le tout publiquement comme ça vient d'être fait.

En fait, le tout fait ressortir le profond malaise présent dans toute institution à propos des sites dits "dommageables". Si une institution ne fait rien, il se trouvera forcément quelqu'un pour l'accuser de laisser des sites condamnables (et ce par tous, aisément, comme un site pornographique par exemple) à la vue de jeunes personnes pour qui ces sites ne sont PAS conçus. C'est l'évidence même ! On ne peut pas être pour le vice à ce point de tout laisser passer, même si on sait pertinemment que certains de ces sites passent le mécanisme de censure pareil... (On ne s'en sort dé-fi-ni-ti-ve-ment pas !) Politiquement, jamais aucun administrateur n'acceptera de tout laisser ouvert sans aucun filtre dans une "maison d'éducation". Certaines personnes, même les défenseurs de toutes les libertés peut-être, seraient les premières à s'offusquer d'une telle liberté, pour ne pas dire libertinage administratif, si on veut jouer sur les mots !

Ceci étant admis, je me permets par contre de questionner certaines censures. Un des meilleurs exemples de censures questionnantes relève du "mode de fonctionnement" des accès internet (J'en ai déjà parlé ici). Les accès Internet sont gérés selon la bande passante utilisée. Un prix est rattaché à la quantité de données que peut laisser passer un système ou fournisseur d'accès. Tant que les accès internet des "maisons d'éducation" sera géré via un coût associé à la bande passante, nous aurons des aberrations de coupures d'accès à des sites vidéos, par exemple, même si ces sites contiennent des trucs hautement éducatifs, car le coût d'accès est le premier facteur qui prime ici, nonobstant ce que peuvent nous dire certains administrateurs de commissions scolaires dans de beaux discours parfois ampoulés...

Ainsi, par exemple, on a censuré certains sites, YouTube dans certaines commissions scolaires pour ne pas le nommer, mais aussi la section Vidéo chez Google, etc. Parfois, de façon plus astucieuse (ou pernicieuse), on ralentit ces sites en créant un goulot d'étranglement qui fait en sorte que le site demeure accessible, mais beaucoup plus lentement, ce qui peut avoir pour effet de décourager son utilisation à plus ou moins brève échéance, etc.

Pendant que chats et souris mènent leur combat, d'autres ténors s'insurgent avec raison contre l'inévitable cul-de-sac dans lequel conduit le jeu ou la bataille... Et beaucoup d'entre eux nous abreuvent d'une théorie alléchante, celle de l'éducation. On doit éduquer d'abord et avant tout, plutôt que de sombrer dans l'apparente facilité (mais qui mène à un cul-de-sac, je viens de le dire) de la censure et du contrôle absolu qui s'évertue à demeurer plus que très relatif !

Mais quand vient le temps de définir plus concrètement, de traduire dans la réalité quotidienne ce qu'on entend par "éduquer avant tout", les exemples ne pleuvent malheureusement pas, plusieurs personnes se taisant soudain, ce que je trouve fort dommage ! On a besoin de ces exemples concrets d'"éducation avant tout". On a besoin que sortent aussi dans les médias, les traditionnels et les autres (Je n'aime pas cette dichotomie), ces exemples porteur d'une vérité neuve, d'un élan nouveau... Dénoncer des bêtises, c'est bien, mais il faut aussi savoir ce qui se cache dessous, ou du moins chercher à le savoir, car même en ces temps où l'info tourne très vite, on ne sait pas tout ! Et après la dénonciation, il faut donner des pistes, théoriques d'abord, c'est normal, mais elles doivent déboucher sur des cas concrets par la suite, sinon elles resteront de belles théories et les administrateurs en mal de solutions concrètes continueront à administrer avec ce qui, à leurs yeux, fonctionne, même si dans les faits, ça ne fonctionne pas ou peu.

= = = = = = = = = = = = = = = = =

Alors en guise d'exemple, je me lance ! Il était une fois, il y a plusieurs années, un prof dans sa classe, en train de placer des fonds d'écran sur un ordinateur. Des élèves arrivent avant le début du cours. Le prof ayant terminé de placer les fonds d'écran ferme la page d'un site web reconnu pour ses fonds d'écran tout ce qu'il y a de plus respectables. Quand, tout à coup, paf!, surgirent au moins 20 fenêtres intempestives (pop-up windows - les navigateurs internet ne permettaient pas de les bloquer en cette époque), toutes plus "cochonnes" (vraiment) les unes que les autres. Ce fut immédiatement le "festival du Alt-F4 effréné" de la part du prof déconcerté par le fait vraisemblable que le site de fonds d'écran avait été piraté par des gens malhonnêtes. Les pauvres élèves étaient aussi décontenancés que le prof lui-même. Celui-ci, par la suite, en début de cours, a pris le temps de faire de l'éducation en précisant certaines notions de prudence de navigation internet, ainsi que certains autres trucs visant à éduquer à un comportement responsable dans Internet, etc. Un beau moment pour faire de l'éducation et montrer qu'aucun mécanisme n'est parfait et qu'on peut tomber sur n'importe quoi sur le Net, même quand on ne le veut pas. Vous voyez le genre de récupération d'événement. Voilà à mon sens un petit exemple concret fort à propos...

Le lendemain, le prof put aussi se rendre compte que ledit site piraté avait installé un virus mineur sur l'ordinateur en question pendant que les fenêtres "poppaient" allègrement ! Ce fut l'occasion d'un autre retour avec les élèves !

À vous de compléter maintenant avec d'autres exemples... ou avec vos réactions :-)

= = = = = = = = = = = = = = = = =

MISE À JOUR : 2009-03-31--11h55 :

Excellentes réflexions à lire chez Patrick Giroux et chez Mario Asselin, entre autres.

2 commentaires:

R. Gauvin a dit...

Je ris en lisant ton billet Sylvain car il m'est arrivé d'enseigner à des élèves de 5e année. Nous faisions une recherche de photographies pour des projets sur l'astronomie. C'est à ce moment que j'ai réalisé que Vénus n'est pas seulement une planète...

On en a profité pour en apprendre plus sur le bouton "Retour" et sur comment faire de meilleurs recherches en utilisant plus d'un mots clés...

Il faut éduquer car de toute façon, les élèves vont trouver un moyen de contourner... Les maisons d'éducation devraient éduquer... ça sonne drôle... non ?

Gaël PLANTIN a dit...

"ROGNTUDJUU" Une autre forme de censure ?

Dans ma campagne, on aurait dis : "Bon diou de bordel à cul !"

;o)))))))))