18 mars 2009

Facebook - RIP dans 2 ans ?


Voilà, c'est fait, j'ai (enfin ou plutôt malheureusement...) ma nouvelle interface Facebook dont on a tant parlé, mais dont on n'avait aucune idée de ce à quoi elle ressemblerait...

Maintenant c'est fait. Facebook tente de se twitteriser à outrance. (Tournez l'un des logos ci-contre et le f peut devenir t...)

Facebook est un outil de réseautage social.
Twitter est un AUTRE outil de réseautage social.

Les 2 ont des utilités fort différentes, je ne vous apprends rien !

Alors pourquoi l'un, Facebook, 20 fois plus gros que l'autre (Twitter) selon les statistiques les plus récentes (datant d'il y a quelques jours à peine, environ), décide d'imiter de plus en plus au point de se dénaturer ?

Très simple : c'est l'histoire d'une vendetta tout ce qu'il y a de plus simple... (Au point d'en "faire simple" !) Facebook a tenté d'acheter Twitter. Twitter a refusé. Facebook est insulté, en beau joualvert (cheval vert en français international, mais l'expression perd de sa saveur). Facebook décide qu'elle va mener la vie dure à la très croissante mais encore relativement petite (comparée à Facebook) Twitter... Alors on y va par l'imitation, pour tenter de neutraliser les utilités de Twitter qui se retrouvent moins dans Facebook.

Résultat, des gars comme N.Roberge délaissent Facebook de plus en plus, car on n'y retrouve plus les utilités que CE réseau avait... Vouloir canibaliser un réseau en adoptant ses utilités, ça peut se retourner contre l'imitateur et ça peut trop le transformer au point de le dénaturer...

Si Facebook ne fait pas volte-face ou ne réajuste pas le tir, elle risque de se tirer dans le pied et, au lieu de croître encore (même si le "petit" Twitter croît encore plus vite, en %), risque de chuter un peu plus chaque jour.

Si Facebook veut devenir un nouveau MySpace qui a essayé de tout embrasser les différentes utilités au point où plusieurs ont cessé de s'y retrouver (dans tous les sens du verbe), il n'en tient qu'à Facebook et à son jeune président.

Tout ce que je souhaite à Mark Zuckerberg, ce jeune président, c'est d'avoir assez de jugement pour apprendre de ses erreurs. C'est encore possible : la balle est dans son camp !

En complément : à lire, ce billet : Facebook qui tente de re-faire le coup du nouveau Coke.

2 commentaires:

Nicolas Roberge a dit...

Christian Aubry avait répondu à ma remarque sur mon désintéressement à Facebook en évoquant peut-être que ce réseau avait fait son temps. La plupart des choses sont éphémères sur internet.

Ref: http://twitter.com/amicalmant/statuses/1349086376

Zed Blog a dit...

Tout ça est un immense centre commercial où nous et nos informations somes devenus des commodités gratuites à qui veut s'en servir comme il voudra.

Je suggère de garder pour soi les pohotos de ses enfants. Pour le reste, les documentaires sur le sujet, icluant le vol d'idenmtité, qui ne cesse de monter en flèche, ont déjà tout dit de la naïveté des internautes, dorénavant plus pofilés que leur ADN.

Bonne fin de semaine, Sylvain, Zed ¦)