05 avril 2007

L'Affaire Neufchatel - précisions suspendues...

Plusieurs d'entre nous ont lu aujourd'hui, à la Une du jounal Le Soleil, de Québec, ce que j'appelle l'Affaire Neufchatel ou l'Affaire PEI de Neufchatel.

Comme enseignant (au PEI en plus), j'ai lu rapidement et avec intérêt l'article en question. J'ai compris sur le coup que des élèves, dans un écoeurement général ou généralisé, étaient allés trop loin dans leurs commentaires. La liberté d'expression possède, comme toute liberté, ses limites. On peut dénoncer quelque chose, mais on doit le faire avec un minimum d'exigences et de compétence(s)...

En scrutant un peu plus l'article (ou les articles, voir ici et ici également) et en tentant de comprendre la situation, je suis parfois tombé sur un agencement de phrases plus ou moins complexe ou, disons plus précisément, déroutant, tant par un certain manque de rigueur que par la disposition des paragraphes. Ainsi, on aligne deux répliques, une d'un collègue de travail, l'autre d'un élève de Neufchatel, presque comme s'il s'agissait de la même personne qui parle, ou comme s'il s'agissait de deux personnes de la même école, ce qui n'est pas du tout le cas. Faut presque relire deux ou trois fois pour être sûr. Allô la confusion !

Comme le souligne CFD, il y aussi des erreurs de terminologie qui prêtent à de mauvaises interprétations, surtout pour les néophytes des technologies...

Finalement, à l'instar de CFD, j'ai trouvé pas mal d'information chez mon collègue qui a activement participé à une discussion qui dure (sporadiquement) depuis plus d'un an maintenant à ce sujet. Beaucoup plus instructif que la gibelotte, concoctée probablement très rapidement, pour aller sous presse vite vite vite (Ça presse !), du Soleil d'aujourd'hui.

1 commentaire:

Francois a dit...

Ce qui me désole le plus dans cette histoire, c'est de voir à quel point une direction d'école peut être déconnectée de ses élèves. À un tel degré d'éloignement, on ne peut plus parler d'éducateurs, mais d'administrateurs, simplement et bêtement.

Merci d'avoir traité le sujet, Sylvain. Dans ces moments là, on apprécie le soutien de la communauté. Ma réaction aux événements est venue un peu tard, en raison de certaines circonstances. Je poursuis la discussion ici :

http://www.opossum.ca/guitef/archives/003628.html